Chatillon-sur-Seine
Accueil > Historique > Les Sociétés de secours mutuel
Les associations de secours mutuel


Lorsqu’ils verront défiler, le 24 janvier prochain, les plus de 80 sociétés de Secours Mutuel des vignerons de Bourgogne, certains s’étonneront sans doute de ce que les statuettes de saints qui accompagnent les bannières ne représentent pas toutes Saint-Vincent. C’est que les plus anciennes remontent à la tradition des corporations et des confréries médiévales, basée sur la solidarité.

secours mutuel


Ces confréries et corporations étaient nées au moyen-âge de la nécessaire entraide dans tous les corps de métiers, et notamment entre vignerons qui n’étaient alors, pour leur quasi-totalité que des ouvriers non propriétaires. C’étaient de véritables associations de prévoyance, des mutuelles qui, en l’échange d’une cotisation souvent modeste, assuraient aux membres affiliés, des prestations en cas de maladie (indemnités journalières, remboursements médicaux et pharmaceutiques) versent une pension de retraite quand leurs finances le permettent, voire prennent aussi en charge leurs obsèques…

Si la plupart des confréries et corporations de métiers, empruntes d’un sentiment religieux fort, étaient placées sous le signe d’un seul patron, Saint-Honoré pour les boulangers, Saint-Antoine pour les charcutiers, celles des vignerons se rangeaient très souvent sous la bannière du saint-patron du village (Cassien à Savigny-lès-Beaune, Thibault à Pommard, Barthélemy à Auxey-Duresses, Cyr à Volnay, Martin à Corpeau ou Marsannay-la-Côte, Grégoire à… Saint-Romain etc) jusqu’à ce que Vincent devienne le saint plus officiel des vignerons, notamment chez les Burgondes qui le préférèrent à Saint-Martin, dont le souvenir « beaunois » était « difficile ».

aux Sociétés de secours mutuel
Les confréries et corporations furent interdites dès 1791 par la très « anti-calotarde » loi Le Chapelier. Elles réapparurent un demi-siècle plus tard avec la seconde Restauration, plus favorable aux principes religieux, et devinrent après leur reconnaissance officielle par un décret de Louis Napoléon Bonaparte en 1852, des sociétés de secours mutuel constituées avec bannières richement brodées et statuettes du saint-patron. Dans certaines communes, il en existera même deux. L’une religieuse et l’autre laïque. Ou comme à Puligny-Montrachet, une de Saint-Vincent pour les vins blancs et l’autre de Saint-Bernard pour les vins rouges…

Elles perdurèrent dans leur rôle, jusqu’au milieu du XXe siècle et l’arrivée des mutuelles.
Déconnectées des syndicats viticoles d’appellations naissant dans les années 30, elles réunissaient et réunissent encore les membres de la société pour faire la fête, le 22 janvier, jour de la Saint-Vincent, autour de leur bannière, chez le vigneron qui est dépositaire de la statuette du saint-patron de la société pour y tenir l’assemblée générale. Suit l’office religieux, hommage à Saint-Vincent puis, le cortège se rend chez le vigneron désigné pour garder la statuette pour les 12 prochains mois. Et on termine la journée par un grand banquet.

Rejoignez-nous sur FacebookSuivez-nous sur Twitter

Le programme
Pour toutes les informations détaillées du week-end.
APPEL à BENEVOLES !
Depuis 9 mois des dizaines de bénévoles de Gilly-lès-Cîteaux et Vougeot travaillent pour préparer la 71e Saint-Vincent Tournante des Chevaliers du Tastevin « sur le chemin des moines », qui se déroulera les 24 et 25 janvier 2015. Ce week-end-là, il faudra, sur le terrain, plus de bénévoles encore pour recevoir les dizaines de milliers de gens venus de loin au nom de l’hospitalité bourguignonne. Plus les bénévoles seront nombreux, plus l’organisation assurera la solide tradition de chaleur humaine et de convivialité de la côte vineuse.

Le verre est désormais disponible
Le verre de la Saint-Vincent tournante 2015
Retrouvez tous les points de vente du verre sur la côte de Nuits et côte de Beaune.

Accès à Gilly/Vougeot
Toutes les informations sur l’accès à la Saint Vincent 2015.
Google maps

La Saint Vincent Tournante : Historique | Infos pratiques | Gilly et Vougeot | Presse | Contacts| Mentions légales

Pourquoi Saint Vincent est-il le patron des vignerons ? Né en Espagne, saint Vincent était diacre de Saragosse au début du IVe siècle. Il fut martyrisé par ordre du préfet Dacien à Valence et mourut sous les tortures le 22 janvier 304. Si l'élection de saint Vincent par les vignerons reste mystérieuse, voici quelques hypothèses… Elle pourrait n'être simplement due qu'à la première syllabe de son nom "vin". Le mystère de Saint Vincent : La date de la saint Vincent, le 22 janvier, correspond généralement à une période climatique de transition entre l'état d'hibernation de la vigne et celle du retour de la végétation ("à la saint Vincent, l'hiver s'en va ou se reprend") et surtout, autrefois, au début de la taille. On peut aussi interpréter "Vincent" comme "Vin Sang", le sang de la vigne.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération